“Jonctions” de l’Ensemble Gaudreault/Turgeon sur ICI Musique

Date de publication

16 mars 2018

Par

Frédéric Cardin

Du bon jazz à la sauce Blue Note (l’étiquette de disque) des années 1960, c’est ce qui perle hors des enceintes quand on fait jouer l’album Jonctions de l’Ensemble Gaudreault-Turgeon, constitué uniquement de compositions originales.

Un peu McCoy Tyner, un peu Wayne Shorter, Hank Mobley et Kenny Burrell via Kurt Rosenwinkel (plus récent celui-là), ce sont les références qui bravent nos connaissances de l’histoire du jazz, si la chose nous habite bien entendu.

Des années 1960 au 21e siècle

Sur Jonctions, on découvrira un jazz surtout mid-tempo et bien équilibré entre le modernisme harmonique et un déhanchement dynamique presque hard-bop qui nous ramène à un style pratiqué habilement et mémorablement par plusieurs artistes de l’écurie Blue Note dans les années 1960, ceux nommés ci-dessus et d’autres aussi. Puis, à travers ce foisonnement de références solides, il y a un peu de teintes « 21e siècle » ici et là. Après tout ce n’est pas parce qu’on plonge loin dans le passé qu’on doit oublier de regarder ce qu’il y a au-dessus de nos têtes!

Samuel Gaudreault à la guitare et Jonathan Turgeon au piano ont invité des amis comme Alex Le Blanc (contrebasse), Éric Maillet (batterie), Alex Dodier (saxophone), ainsi que Lee French et Christopher Kerr-Barr (trompettes) à les accompagner dans une aventure jazz un peu rétro-vintage. L’aventure est très réussie, car les musiciens sont à la fois véloces et soignés.

Redonner vie aux racines du jazz moderne

Quelques escapades bien bop (Truyard Pt. 2 et L’homme plante, qui pourrait avoir figuré sur un album de Freddie Hubbard) finissent de nous convaincre que ces jeunots connaissent non seulement bien leurs bases (celles, essentielles, de tout le jazz moderne), mais qu’ils savent aussi leur donner une nouvelle vie avec pas mal d’inspiration et surtout aucune ringardise.

Jazz vintage a souvent rimé avec swing et ballade bien moelleuse. C’est bon de se faire rappeler que ce n’est pas juste cela.

The Ottawa Citizen interviews Benjamin Deschamps

NAC Preview: Alto saxophonist Benjamin Deschamps hits some high notes early in his career

Saxophonist Benjamin Deschamps.
Saxophonist Benjamin Deschamps. Bruno Guerin / OTTwp

Benjamin Deschamps
When: Thursday, March 15, 8:30 p.m.
Where: NAC Fourth Stage
Tickets: $25 at nac-cna.ca or the NAC box office

Montreal alto saxophonist Benjamin Deschamps, who is still a few months shy of 30, has put a big year in his career behind him.

Last year he was named Radio-Canada’s rising star in jazz, and won the “grand prix révélation” of  the Rimouski Jazz Festival. This year, he’s making greater efforts to bring his quintet’s bracing, modern mainstream jazz to the rest of Canada. He makes his National Arts Centre debut Thursday.

In conversation with the Citizen, Deschamps discusses his musical path to date and where he hopes it will lead.

Q: Tell me about your first steps as a music student and your first exposures to jazz. 

A: My father is a music teacher and a classically trained French horn player. Naturally, I was curious about music, so I started saxophone at 12 years old. I started playing classical saxophone until I realized that I wanted to make a living out of music and jazz really appeared as being the right choice to work as a musician.

I really started playing jazz at Cégep St-Laurent while studying with Jean-Pierre Zanella. He is the one who gave me the passion for music, saxophone and jazz. And from there I was going to see all the shows I could in Montreal, and there was a lot to see.

Q: What appealed to you about jazz? 

A: Coming from classical, jazz was really hard for me. All the improvisation and playing stuff not written was a huge challenge for me and I was amazed by it. I liked the fact that it was hard and that I was not good at it.

Q: Beyond Cégep St-Laurent, what further jazz studies did you do?

A: I continued my quest and went to McGill University where I had the chance to study with Rémi Bolduc. Rémi taught me how to play jazz. He taught me harmony and how to spell chords — any chords. He knows everything that there is and he is the best jazz pedagogue, in my opinion. I built my vocabulary and all the basics with Rémi.

Later, I studied with Frank Lozano, who helped me find my own sound. He led me outside the box and showed me music and how to be different, or more specifically, how to be myself musically. He is the one who pushed me to do my first record, What Do We Know, which was released in 2014. He showed me how vast music was.

For composition, I studied with Jan Jarczyk and Joe Sullivan, both great educators. Joe’s big band music is, in my opinion, some of the best big band music ever written.

Q: Tell me a bit about your own music.

A: It’s a balance between traditional and modern jazz. The rhythms are really more traditional and the harmony and the melodies are more concrete. I like to hide stuff from the listeners. Si et seulement si is a through-composed tune where it’s a very elaborate thing that is basically just a blues but disguised. I want the listeners to ask questions when they listen to the music. I want to pique the curiosity of the audience.

Q: What are the opportunities like for young Montreal jazz players, in Quebec and the rest of Canada?

A: There are more and less opportunities than we think to play jazz. First, we can play in Montreal in different jazz clubs. But past that, it’s hard to organize a tour in the province of Québec. There is the Bar Ste-Angèle in Québec City, but that’s pretty much it regarding jazz clubs in the province. So it’s easy to play on a regular basis but it’s hard to put a tour together and hit a lot of clubs all in the same week.

But there are some great jazz festivals. I had the pleasure to feature my music at Montreal’s Jazz Festival, the Montreal OFF Jazz Festival, the Québec City Jazz Festival. I also won the ”grand prix révélation” of the Rimouski Festi Jazz and I am going to play at the Saguenay Jazz and Blues Festival in April. So, there are a lot of opportunities, but we need to work hard on the booking and make a lot of phone calls to get to play a lot with original music — but it is possible!

I think that people are slowly starting to acknowledge who I am as an emerging artist in Quebec, but it’s really hard to export my music to the other provinces in Canada or outside the country. But slowly we’re working on it. This summer I have a six-show tour in the Maritimes, including a show at the Halifax Jazz Festival and we’re playing at the Toronto Jazz Festival in June, so there is hope.

Q: Tell me a bit more about the clique of musicians that you play and record with more regularly — I’m thinking of Charles Trudel and Rachel Therrien for example, and others on the MCM label. What do you have in common? What makes playing with them satisfying?

The label MCM (Multiple Chord Music) is an initiative from the musicians of Parc X Trio – Alex Lefaivre and Gabriel Vinuella-Pelletier. They decided to form their own label to suit their needs. After some years they decided to share their knowledge and help other musicians on the scene because they thought that the more we are, the more weight we would have and be recognized as a real label. In January we had the first edition on the Hiems Festival (winter festival) where we could hear three bands per night performing during three days for a total of nine different bands.

That being said, I knew all the musicians from the MCM family before the label. Charles Trudel and I have been playing together for years, we went to CEGEP together and university and we did our Master’s degrees together as well. He is part of my band since the beginning. That was already six years ago, and we play together on various settings, like top 40 bands and what not. I play in Charles’ band, which just did a five-show tour in Abitibi where he is from. We both play in Rachel Therrien’s Quintet, along with Al Bourgeois who’s drumming in my band and Charles’ band as well. With Al I had the pleasure to play in the production Forever Gentlemen where we toured Europe and Québec for a total of about 75 shows.

I think that Rachel, Charles and me, we all share the fact that we believe in creative music and we are pushing our way into the music business with our own original music. Charles just released his first record, Rachel did four records and I am going in studio in the next couple of months to record my third album, which is going to feature a different band.

This new record will be with no harmonic instruments and will feature Frank Lozano on tenor sax, Seb Pellerin on bass and Louis-Vincent Hamel on drums and me on alto. Same thing here — Seb is in my band since the beginning and we played a lot together in different bands, such as a Chilean Andes traditional band called Color Violeta.

There is a great music scene in Montreal and a lot of awesome players and a lot of different, creative music — not only jazz. All the musicians seem to evolve in different spheres and bring their own voice to whatever particular music they’re playing.

phum@postmedia.com
twitter.com/peterhum

Entrevue avec Charles Trudel dans Le Citoyen

La fascination pour les sons de Charles Trudel

Marie-Eve Bouchard marie-eve.bouchard@tc.tc
Publié le 27 février 2018
 meb_charles-trudel-3-0.JPG

Originaire d’Amos, Charles Trudel vient présenter les pièces de son premier album, Fruits, en compagnie de ses trois complices musiciens.

Charles Trudel a choisi le jazz pour sa grande liberté d’improvisation, mais c’est la musique en général, particulièrement les sons, qui le fascine encore et toujours.

En optant pour le jazz, le pianiste originaire d’Amos s’offre la possibilité d’aller au bout de sa créativité. Il admet d’ailleurs que l’improvisation est sa plus grande force. Ce qui est étonnant, alors qu’il a plutôt tenté l’expérience d’encadrer cette force dans un premier album intitulé Fruits, qui n’est pas sans lien avec le terme freejazz…

«J’entretiens une relation plutôt complexe avec la composition, admet Charles Trudel. Ça ne me vient pas facilement. Je vois toujours une quantité infinie de possibilités avec les sons, donc quand je crée une pièce, j’ai toujours l’impression de fermer la porte aux autres possibilités.»

Mais le désir de faire un album a été plus fort. «J’ai voulu faire quelque chose qui se rapproche le plus possible d’un spectacle. J’ai pensé aux musiciens qui allaient jouer les pièces et j’ai aussi pensé à varier les rythmes des chansons», souligne-t-il.

De l’album au spectacle

Il est donc tout naturel que ce premier disque poursuive sa vie sur scène. «C’est un spectacle qui propose une diversité de couleurs, assure M. Trudel. Évidemment, on retrouve plusieurs pièces originales de l’album, mais aussi une sélection de standards du jazz.

Le public passera par toute une gamme d’émotions», assure le pianiste, qui sera accompagné sur scène de Benjamin Deschamps au saxophone, Sébastien Pellerin à la contrebasse et Alain Bourgeois à la batterie.

Du jazz et du blues

Vers l’âge de cinq ans, Charles Trudel a découvert le piano, qui est devenu son instrument de prédilection. «J’ai connu un parcours de musicien assez traditionnel: les cours de piano assez jeune, l’harmonie et le stage band à la polyvalente de la Forêt à Amos. Puis, j’ai suivi le sillon jazz.

Comme tout adolescent, j’ai ensuite vécu une petite période où j’avais plus envie de sortir avec mes amis que de pratiquer la musique. J’ai alors dit à mon père que j’arrêtais tout ça. Il m’a dit ok. J’ai été tellement surpris que, finalement, j’ai repris la pratique», raconte le musicien.

Outre ses propres spectacles, Charles Trudel est également membre du Rachel Therrien Quintet, du Benjamin Deschamps Quartet de même que du Ben Racine Band, un groupe de blues avec lequel il a remporté le 1er prix lors de l’International Blues Challenge de Memphis en février 2017 parmi plus de 270 groupes.

Charles Trudel Quartet se produira au Théâtre Télébec de Val-d’Or le 27 février à 19h30, à la Salle Desjardins de La Sarre le 28 février à 20h, au Théâtre du Rift de Ville-Marie le 1er mars à 20h, et au Théâtre du Cuivre de Rouyn-Noranda le 2 mars à 20h. Billets disponibles chez Ticketacces.

https://www.lafrontiere.ca/culture/2018/2/27/la-fascination-pour-les-sons-de-charles-trudel.html

La Scena Musicale au HIEMS FESTIVAL

La règle des trois – Festival HIEMS – Multiple Chord Music

Mainstream,Scena Jazz

29 au 31 janvier 2018 (Casa del Popolo, Montréal)

Alors que la ville de Montréal a considérablement élargi son offre culturelle hivernale au cours des dernières années, le milieu du jazz continue malheureusement de concentrer ses activités sur les seuls mois de l’été. À quelques exceptions près, il existe trop peu d’événements offrant de réelles tribunes aux musiciens dans le reste de l’année, l’hiver en particulier. L’arrivée du MCM Festival Hiems — organisé par la maison de disques coopérative Multiple Chord Music — constitue une excellente nouvelle pour les amateurs de jazz. Conçue à la fois comme une vitrine pour les artistes de cette écurie et une collecte de fonds pour financer les productions, l’édition inaugurale du MCM Festival Hiems (latin pour « hiver ») a inscrit neuf prestations à son programme de trois soirs tenus à la Casa del Popolo.

Premier soir : lundi 29

La soirée débute en douceur aux sons du trio de Marjorie Fiset, une chanteuse connue du public pour son travail au sein de la formation jazz/hip-hop The JMC Project. Accompagné du guitariste Nicolas Ferron et du percussionniste Philippe Beaudin, Fiset livre une prestation intimiste au cours de laquelle elle dévoile au public un univers musical empreint de nostalgie, aux frontières du jazz, du folk et de la chanson à texte. L’accompagnement de guitare est sobre — dans le style de Joe Pass et de Barry Galbraith — et contribue à ancrer solidement les morceaux dans la tradition jazz. Les percussions, composées, entre autres, d’une calebasse et de bongos, ajoutent pour leur part une touche folklorique qui s’harmonise parfaitement à l’ensemble. L’accompagnement dépouillé ne laisse pourtant pas une impression de vide tant la voix ronde et chaleureuse de Fiset séduit l’auditeur. Malheureusement, les quelques imprécisions techniques trahissent un manque de préparation et font ombre au tableau d’une prestation assez réussie. Le public aura l’occasion d’entendre à nouveau Fiset le 20 mars prochain pour le lancement de son album Brille Brille Brille.

Vient ensuite le quartette dirigé par le saxophoniste alto Jason Stillman, composé des musiciens chevronnés Josh Rager (clavier), Alain Bourgeois (batterie) et Adrian Vedady (contrebasse). Dès la première pièce, le groupe revendique sans ambiguïté ses influences musicales : le jeu de cymbales, la walking bass et la virtuosité des improvisations rappellent à coup sûr l’esthétique bop. Le répertoire est partagé entre des standards habilement interprétés — tels que Little Willie Leaps de Miles Davis — et des compositions originales de Stillman. Dans les deux cas, le langage du saxo puise à la fois dans la tradition jazz des années 1950 et d’un son très soul à la Lou Donaldson que d’une certaine modernité faisant écho à Kenny Garrett. La qualité des échanges entre musiciens, comme la pratique des trading fours, témoigne d’une grande complicité dans l’ensemble. Seul bémol, Bourgeois verse parfois dans l’excès et gagnerait parfois à alléger davantage son jeu afin de laisser plus d’espace à ses confrères. En fin de parcours, la prestation a abouti sur un temps fort, soit une interprétation fougueuse de Inner Urge, célèbre standard de jazz signé Joe Henderson.

Pourtant, ce n’était que le prélude au vrai clou de la soirée, soit la prestation endiablée du Andy King Group. En effet, ce dernier set a été le point culminant d’une soirée qui gagnait constamment en intensité. Lauréat de la bourse François-Marcaurelle de l’OFF Festival de Jazz en 2014, le quintette du trompettiste Andy King est composé de Nicolas Ferron à la guitare, de Sébastien Pellerin à la basse, de David Bellemare au saxophone ténor et d’Alain Bourgeois à la batterie. Le groupe s’attaque à son répertoire dès le départ et enchaîne ses pièces (originales pour la plupart) sans interruption, procurant ainsi à l’auditeur une expérience musicale immersive aux proportions épiques. Les transitions sont astucieuses et imprévisibles, ce qui a pour effet de constamment maintenir les auditeurs aux aguets. Si l’on peut aisément catégoriser cette musique en tant que « jazz fusion », l’épithète seule ne saurait suffire : King déploie dans ses arrangements et ses compositions une large palette d’influences qui vont du jazz au hard rock. D’exaltants passages d’improvisations collectives — rappelant les expériences de Miles Davis sur l’album Bitches Brew — succèdent à de tonitruantes envolées mélodiques, le tout exécuté de mains de maître par des musiciens au sommet de leur art. Pour clore la soirée, le groupe a livré un arrangement très réussi de The Wizard, un classique du rock de 1970 du groupe Black Sabbath.

Arnaud-G. Veyradier

Deuxième soir : mardi 30

À l’instar de la précédente, cette deuxième soirée du HIEMS Festival a tenu ses promesses en alliant une belle variété d’artistes et une énergie sans cesse grandissante. Dès 20 h, le ton est donné. À l’entrée de la Casa del Popolo, Alex Lefaivre et Gabriel Vinuela-Pelletier sont tout sourire. Les deux hommes ont bien failli lâcher prise il y a deux ans lorsque leur étiquette, Multiple Chords Music, cherchait vainement à se tailler un nom dans l’univers du jazz. Mais fidèles à leurs valeurs, convaincus de l’importance du potentiel artistique, esthétique et pas seulement commercial d’un artiste, ils ont croisé la route de nombreux musiciens talentueux et persévérants, et représentent aujourd’hui 17 artistes ou ensembles dans l’univers jazz et pop, dont certains ont déjà des carrières en pleine expansion — Rachel Therrien, Benjamin Deschamps.

Au programme ce mardi, Lucie Martel, Annie Dominique et Rachel Therrien. Une soirée de leaders 100% féminins, c’est une rareté à souligner dans le domaine du jazz, mais aussi une fierté pour le cofondateur de MCM Alex Lefaivre, qui confiait la semaine dernière au journaliste Claude Thibault : « Je ne veux pas avoir l’air trop politique, mais je suis fier que quatre des neuf artistes soient des femmes ». Voilà un vent de fraîcheur qui fait du bien !

Sans plus attendre, la chanteuse Lucie Martel entame le premier set, bien en place derrière le clavier Nord Stage, accompagnée de Vincent Lachaine à la guitare et de Gabriel Forget à la basse; effectif réduit pour un concert intime où coule pendant une petite heure une pop bilingue rafraîchissante aux formes recherchées, aux directions imprévisibles ponctuées de sourires et d’une complicité captivante. De quoi distiller mille étincelles de neige hivernale dans les cœurs environnants.

Changement d’acteurs, et on monte en intensité avec le Annie Dominique Quintet venu présenter des pièces du dernier album Rue Langevin sorti en septembre 2017. Mettant en lumière Annie Dominique (saxo ténor) et Jean-Nicolas Trottier (trb.), on y entend une écriture contrastée où la section rythmique s’emploie à déconstruire le temps tandis que les solistes dialoguent au milieu de ce décor sans cesse en changement. La section rythmique (Jonathan Cayer, p. ; Sébastien Pellerin, c. ; Alain Bourgeois, btr.) est très complémentaire et cohésive; le piano apporte un caractère exploratoire très solide, assumé et réjouissant qui fait vite oublier certaines imprécisions du côté des vents dominants. Somme toute, une belle prestation de la part des cinq musiciens qui ont laissé une scène bien réchauffée pour accueillir le Rachel Therrien Quintet.

Native de Rimouski, naviguant aujourd’hui entre Montréal et New York, cette dernière nous a gratifié d’un set plein d’explosivité. Au fil des pièces puisées dans le dernier album du quintette Why Don’t You Try, on voit se dégager une écriture virtuose, exécutée avec une grande maîtrise et une belle liberté dans les improvisations. Si le traitement instrumental reste assez conventionnel, la basse électrique de Simon Pagé ajoute un brin de folie, parfois d’humour, à la section rythmique complétée par les complices Charles Trudel (p.) et Alain Bourgeois (btr.). L’écriture entre la trompette et le saxophone (Benjamin Deschamps) est éprouvée et laisse place à une interprétation pleine d’assurance et de puissance qui s’impose à travers la salle. La prestation nous laisse découvrir des compositions de chacun des musiciens au fil d’un set qui fait monter l’intensité sur scène et l’adrénaline dans les veines des auditeurs.

À travers cette soirée, et sans doute durant les trois jours de ce festival qui n’avait de latin que le nom (hiems signifie «hiver» en latin), MCM a montré qu’il n’avait rien à envier aux maisons de disque de renom en matière de qualité artistique. On espère vivement que cet événement sera un tremplin vers des lendemains toujours plus mémorables et que les grands acteurs de l’industrie sauront entendre le cri céruléen de ces amoureux du jazz d’ici. Si les résultats sont à la hauteur de leurs visées, il se pourrait bien que les organisateurs nous donnent rendez-vous au printemps pour le « VER Festival » !

Benjamin Goron

Troisième soir : mercredi 31

À l’instar des soirées précédentes, trois ensembles se sont une fois de plus succédé pour clôturer le tour de piste de l’écurie MCM. S’il y eut un degré de variété dans les six présentations musicales antérieures, le dernier volet, lui, était caractérisé par une certaine uniformité, pour ne pas dire une uniformité certaine. D’emblée, les formations étaient identiques à une exception près, le tromboniste Jean-Nicolas Trottier participant au dernier set, les deux précédents assurés par les trompettistes Nicolas Boulay et David Carbonneau respectivement. Outre ce petit écart, l’auditeur était en présence de quintettes de jazz en bonne et due forme, en l’occurrence deux vents, le saxo alto se divisant les honneurs de l’avant-scène avec le cuivre, et une section rythmique traditionnelle, assurée par le même triumvirat pour toute la soirée, soit Charles Trudel (pno), Sébastien Pellerin (b.) et Alain Bourgeois (btr.). Notons en passant que ce dernier avait prêté ses baguettes et tambours à sept des neuf groupes de l’événement, un exploit en soi.

À la lumière de ces points communs, un défi se posait ici, soit d’offrir un programme suffisamment varié pour échapper à cette instrumentation uniforme. Le critère décisif était donc l’empreinte musicale que chacun des chefs donnerait à sa propre musique, assurée à tour de rôle par Charles Trudel, Mario Allard et Benjamin Deschamps.

Des trois prestations, la première était certainement la plus convenue. Après la pièce titre de son disque de l’automne dernier (Fruit), le pianiste a rejoué trois autres titres de l’album durant son spectacle, ceux-ci donnant l’impression d’exercices de style modelés sur des formes traditionnelles bien connues, le blues mineur, la ballade et la pièce modale typique des années 1970 (pensez ici à Woody Shaw). Ses accompagnateurs, pour leur part, voguaient aisément dans les formes bien arrêtées, si bien qu’ils ne se sentaient nullement mis à l’épreuve par celles-ci, ou que personne ne semblait vraiment incité à mettre le feu aux poudres, pour ainsi dire. Un set de réchauffement, ou de réchauffé, dira-t-on.

Insérez Mario Allard à la place de Deschamps dans la distribution précédente et la donne changea du tout au tout. En effet, ce premier saxo a démarré en trombe dès son premier numéro (Snowden – pièce d’entrée de son disque également), entraînant ses sbires dans une cavalcade au grand galop, sans toutefois arriver aux grands coups. Suivent alors une ballade, un genre de morceau modal aux odeurs de souk oriental et un funk épicé d’un ostinato de basse électrique. À l’instar de son album convaincant de l’automne dernier (Diaporama), Allard a livré la marchandise de nouveau, l’insufflant d’un sens d’urgence qui fit justement la marque des meilleures formations classiques du hard bop d’antan. On apprécie aussi les formes compositionnelles plus élargies et les fragmentations du groupe en sous-ensembles qui permettent de déroger un peu aux poncifs du genre.

Pendant le dernier des trois quarts d’heure, le saxo Deschamps remontait sur scène pour livrer deux pièces de son dernier disque (Demi-Nuit) ainsi que deux nouveaux numéros, la ballade Réconciliation et No, I have Not — variante du standard Have You Met Miss Jones ?, que le saxo offrait en guise de réponse à la question posée par la pièce d’origine. À la différence de son collègue altiste, Deschamps offre une musique plus réfléchie, plus contenue dans ses formes, mais laissant une part de liberté aux improvisations. La présence de Jean-Nicolas Trottier ne pouvait que rehausser la valeur du tout et il y eut même des solos croisés entre lui et Deschamps qui marquaient un des points forts de la soirée.

Bien qu’il faut reconnaître les compétences des musiciens en cause et leur sens irréprochable d’exécutants, tous sont si bien moulés dans le continuum du jazz mainstream traditionnel que personne ne semble enclin à faire vaciller son socle. Le jazz, faut-il le dire, est le son de la surprise — si l’on est de l’avis du journaliste Whitney Balliett — mais on peine à être surpris ici. Si vous voulez entendre ce son de la surprise, soyez au rendez-vous d’un autre spectacle en quintette le 12 février prochain, soit le groupe suédois Atomic à la Sala Rossa. On en reparlera.

Par delà ces conjectures, signalons un fait particulièrement agaçant durant cette soirée, soit l’emploi d’un piano électrique au son terriblement délavé. À lui seul, ce son nous renvoie aux années 1970 et 1980, époque où le jazz mainstream avait troqué le clavier acoustique pour l’électrique. Entendre ce dernier dans le contexte de ces concerts donne à la musique un air suranné, celle de Trudel en particulier. Fort heureusement, il y a les disques où la présence du bon vieux piano de concert rend davantage justice à la musique. Prière de noter, messieurs les organisateurs, pour votre prochain événement.

Marc Chénard

La règle des trois – Festival HIEMS – Multiple Chord Music