Charles Trudel @ Jazz à Vienne

La recherche stylistique et sonore du compositeur et des musiciens, la sonorité de l’ensemble et la cohésion du groupe retiennent fortement l’attention tout au long du set, comme un souffle d’air frais venu d’outre atlantique.

Charles Trudel: piano ; Benjamin Deschamps: sax ; Olivier Babaz: contrebasse ;  Alain Bourgeois: batterie

ONT COLLABORÉ À CETTE CHRONIQUE :

Entrevue avec Charles Trudel dans Le Citoyen

La fascination pour les sons de Charles Trudel

Marie-Eve Bouchard marie-eve.bouchard@tc.tc
Publié le 27 février 2018
 meb_charles-trudel-3-0.JPG

Originaire d’Amos, Charles Trudel vient présenter les pièces de son premier album, Fruits, en compagnie de ses trois complices musiciens.

Charles Trudel a choisi le jazz pour sa grande liberté d’improvisation, mais c’est la musique en général, particulièrement les sons, qui le fascine encore et toujours.

En optant pour le jazz, le pianiste originaire d’Amos s’offre la possibilité d’aller au bout de sa créativité. Il admet d’ailleurs que l’improvisation est sa plus grande force. Ce qui est étonnant, alors qu’il a plutôt tenté l’expérience d’encadrer cette force dans un premier album intitulé Fruits, qui n’est pas sans lien avec le terme freejazz…

«J’entretiens une relation plutôt complexe avec la composition, admet Charles Trudel. Ça ne me vient pas facilement. Je vois toujours une quantité infinie de possibilités avec les sons, donc quand je crée une pièce, j’ai toujours l’impression de fermer la porte aux autres possibilités.»

Mais le désir de faire un album a été plus fort. «J’ai voulu faire quelque chose qui se rapproche le plus possible d’un spectacle. J’ai pensé aux musiciens qui allaient jouer les pièces et j’ai aussi pensé à varier les rythmes des chansons», souligne-t-il.

De l’album au spectacle

Il est donc tout naturel que ce premier disque poursuive sa vie sur scène. «C’est un spectacle qui propose une diversité de couleurs, assure M. Trudel. Évidemment, on retrouve plusieurs pièces originales de l’album, mais aussi une sélection de standards du jazz.

Le public passera par toute une gamme d’émotions», assure le pianiste, qui sera accompagné sur scène de Benjamin Deschamps au saxophone, Sébastien Pellerin à la contrebasse et Alain Bourgeois à la batterie.

Du jazz et du blues

Vers l’âge de cinq ans, Charles Trudel a découvert le piano, qui est devenu son instrument de prédilection. «J’ai connu un parcours de musicien assez traditionnel: les cours de piano assez jeune, l’harmonie et le stage band à la polyvalente de la Forêt à Amos. Puis, j’ai suivi le sillon jazz.

Comme tout adolescent, j’ai ensuite vécu une petite période où j’avais plus envie de sortir avec mes amis que de pratiquer la musique. J’ai alors dit à mon père que j’arrêtais tout ça. Il m’a dit ok. J’ai été tellement surpris que, finalement, j’ai repris la pratique», raconte le musicien.

Outre ses propres spectacles, Charles Trudel est également membre du Rachel Therrien Quintet, du Benjamin Deschamps Quartet de même que du Ben Racine Band, un groupe de blues avec lequel il a remporté le 1er prix lors de l’International Blues Challenge de Memphis en février 2017 parmi plus de 270 groupes.

Charles Trudel Quartet se produira au Théâtre Télébec de Val-d’Or le 27 février à 19h30, à la Salle Desjardins de La Sarre le 28 février à 20h, au Théâtre du Rift de Ville-Marie le 1er mars à 20h, et au Théâtre du Cuivre de Rouyn-Noranda le 2 mars à 20h. Billets disponibles chez Ticketacces.

https://www.lafrontiere.ca/culture/2018/2/27/la-fascination-pour-les-sons-de-charles-trudel.html

Charles Trudel, “Fruit” sur ICI Musique

Charles Trudel : réussir sa première impression

Le pianiste Charles Trudel nous a fait un peu languir avant de se commettre, enfin, pour la première fois dans un album. Il faut dire qu’il est quand même assez occupé ces jours-ci. C’est le Ben Racine Band, avec lequel il joue, qui accompagnait la chanteuse Dawn Tyler Watson lorsqu’elle a gagné le prestigieux Memphis International Blues Challenge en février dernier. On peut aussi l’entendre au sein de plusieurs formations qui font belle figure ces jours-ci, dont le quintette de la trompettiste Rachel Therrien et le quatuor de la Révélation Radio-Canada 2017 en jazz, le saxophoniste Benjamin Deschamps.

C’est donc avec un certain métier au bout des doigts que Trudel nous présente Fruit, un premier album aux couleurs évoquant la fin du hard bop, avec quelques touches qui ne sont pas sans rappeler le jazz d’avant-garde, deux styles qui se sont côtoyés durant les années 50. Mais, il ne s’agit pas ici de reproduire un son qui est déjà figé dans sa propre époque. Oui, le pianiste s’en inspire allégrement, mais il lui ajoute une certaine touche contemporaine que l’on pourrait qualifier, à cet égard, de post-moderne. Cela donne, pour finir, un son familièrement rafraîchissant, porté par quelques beaux moments de virtuosité pure.

Le pianiste Charles Trudel
  

Et Charles Trudel sait bien s’entourer. Il retrouve, au saxophone (ici à l’alto), son complice Benjamin Deschamps, et pour compléter ce sextuor, il a fait appel au saxophoniste ténor Mario Allard, au trompettiste Nicolas Boulay, au contrebassiste Sébastien Pellerin et au batteur Alain Bourgeois. Comme premier album, c’est du solide!

Par 

François Lemay
Date de publication

13 oct. 2017

http://www.icimusique.ca/albumsenecoute/551/charles-trudel 

Charles Trudel “Fruit” dans l’Écho Abitibien le Citoyen

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Fruit était mûr pour le pianiste jazz Charles Trudel, qui vient de lancer son premier album à 30 ans, le 8 septembre.

Le «Fruit» est mûr pour le pianiste Charles Trudel

“C’est mon premier album sous mon nom, en tant que leader. Le jeu instrumental de chacun des musiciens est mis de l’avant, mais ce sont mes compositions, mon projet… toute ma musique originale”, raconte celui qui a participé à de nombreux albums comme musicien.

Composé et enregistré dans le cadre de sa maîtrise en Interprétation Jazz à l’Université McGill, en mars 2016, cet album aurait pu ne jamais voir le jour. «C’est mon projet de maîtrise et je l’avais un peu mis de côté. C’est en le réécoutant que j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose à faire avec cet enregistrement. J’ai décidé de le pousser», confie Charles Trudel, qui pourra dorénavant utiliser son album comme carte de visite.

Vision moderne du jazz traditionnel

Intitulé Fruit (MCM, 2017), ce premier album regroupe donc dix compositions de l’Amossois d’origine. «Je ne peux renier mes influences old school jazz de la fin des années 50 et début des années 60. Mais les arrangements sont plus modernes. On est surtout en sextette sur l’album, avec un noyau de musiciens solides avec lesquels je joue souvent», fait-il valoir.

L’album a donc été enregistré l’an dernier dans le cadre de sa maîtrise, mais il a depuis été peaufiné, avec un mix et un mastering. Toutefois, le pianiste a voulu conserver l’interprétation la plus intacte possible.

«C’est enregistré dans un contexte de maîtrise, alors on n’a pas répété des tonnes de fois. Je pense qu’on a fait une répétition et demie avant d’entrer en studio. Les pièces sont fraîches pour tout le monde. On a joué les pièces deux fois chacune et j’ai conservé la meilleure take. Ce n’est donc pas surjoué. On fait des fautes, on s’écoute plus et ça fait très jazz, je trouve», estime celui qui accorde beaucoup d’importance à la part d’imperfections et d’improvisations dans l’interprétation.

-Pierre Corvaisier

http://www.lechoabitibien.ca/culture/2017/9/19/le–fruit–est-mur-pour-le-pianiste-charles-trudel.html