Mario Allard “Diaporama” dans Critique de Salon

Diaporama – Mario Allard

Sorti le 8 octobre 2017

Mario Allard n’est pas nécessairement un nom très connu du grand public. On parle quand même d’un saxophoniste qui a mérité la Bourse Création jazz du Conseil des arts de Montréal 2017, et qui est associé à Robert Charlebois, à Papagroove, à Coyote Bill et au Auguste Quartet. Bref, un musicien qui est loin d’en être à ses premiers faits d’armes! Le voilà qui lance son deuxième album, en quintette : Diaporama.

Entouré d’artistes comme David Carbonneau (trompette), Sébastien Pellerin (contrebasse), Charles Trudel (piano) et Alain Bourgeois (batterie), Allard offre ici une musique éclectique aux inspirations multiples. Il nous convie à tout un voyage en 8 pistes!

La première, Snowden, changera d’énergie à diverses reprises à travers ses 5 (brèves) minutes. Son côté imprévisible est loin d’être déplaisant, et montre bien la versatilité de tous les musiciens impliqués. S’ensuit Blizzard, un morceau doux et ironiquement très chaleureux, puis le mystérieux et parfois chargé Restart.

Plus intense, Filature laisse entendre une poursuite sous forme musicale qui nous garde volontiers attentifs pendant 7 minutes, avant de faire redescendre la tension avec Miragesafin de mieux exploser dans Street Business, où le côté rock des musiciens semble s’assumer davantage – pour notre grand plaisir. On ressent alors le besoin de faire retomber la pression une troisième fois, avec Bherens, avant de conclure avec la sympathique Pneumonia.

L’album n’est pas exceptionnel dans sa forme, alors qu’il n’est pas rare de voir des alternances entre morceaux intenses et doux, mais il l’est dans la mesure où presque toutes les pistes sont très intéressantes mélodiquement, en plus d’offrir des solos convaincants. Bref, le meilleur des deux mondes. L’album Diaporama pourra aisément se glisser dans n’importe quelle playlist de jazz moderne et n’a aucune raison de ne pas plaire aux amateurs du genre.

À écouter : BlizzardFilaturePneumonia

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Benjamin Deschamps entrevue/interview Ottawa Citizen

Montreal alto saxist Benjamin Deschamps balances tradition, modernity

The 29-year-old alto saxophonist plays concerts this week in Waterloo, Ottawa and Toronto.

Montreal saxophonist Benjamin Deschamps, who plays Record Runner Rehearsal Studio in Ottawa Sept. 30, 2017 BRUNO GUERIN
SHAREADJUSTCOMMENTPRINT

Montreal alto saxophonist Benjamin Deschamps ventures across the border later this week to play three Ontario concerts — Sept. 29 at the Jazz Room in Waterloo, Sept. 30 at Record Runner Rehearsal Studio in Ottawa and Oct. 1 at the Emmet Ray in Toronto.

Before Deschamps, a bracing player and composer who is 29 years old, starts logging the kilometres with his quintet, get to know him and his music through the interview below.

Q: Tell me about your first steps as a music student and your first exposures to jazz. What appealed to you about music and about jazz? 

A: My father is a music teacher and a classically trained French horn player. Naturally, I was curious about music so I started saxophone at 12 years old at my high school and I was playing in the wind ensemble. I started playing classical saxophone until I realized that I wanted to make a living out of music and jazz really appeared as being the right choice to work as a musician.

I really started playing jazz at Cégep St-Laurent while studying with Jean-Pierre Zanella. He is the one who gave me the passion for music, saxophone and jazz. And from there I was going to see all the shows I could in Montreal and there were a lot to see. There is a great jazz scene.

Coming from classical, jazz was really hard for me, all the improvisation and playing stuff not written was a huge challenge for me and I was amazed by it. I liked the fact that it was hard and that I was not good at it. So I like practicing — I guess that’s common to musicians.

Q:  Over the years, whose music has impressed you most deeply and why?

A: I can’t stop listening to Dick Oatts. I think he as the nicest alto saxophone sound in the universe. Being an alto sax player, I am very picky on alto sax sound compared to tenors, which all sound good. But Dick Oatts has a warmth in his tone that I find astonishing. And his feel and his ideas, very chromatic and a way to play modern melodies over traditional jazz harmony is incredible.

But for compositions, recently I discovered John O’Gallagher, another alto saxophonist. His compositions are very modern and he uses his band differently, less traditionally. He writes a lot of 12-tone row compositions, and everything he does is always fresh and new. Very inspiring.

Q: Tell me about your jazz studies in Montreal. Who were your most significant teachers and why? What did you get out of your jazz-school experiences?

A: I already mentioned Jean-Pierre Zanella during Cégep St-Laurent but after that I continued my quest and went to McGill University where I had the chance to study with Rémi Bolduc. Rémi taught me how to play jazz. He taught me harmony and how to spell chords — any chords. He knows everything that there is and he is the best jazz pedagogue in my opinion. I built my vocabulary and all the basics with Rémi.

And later, I studied with Frank Lozano who helped find my own sound. He led me outside the box and showed me music and how to be different, or more specifically, how to be myself musically. He is the one who pushed me to do my first record, What Do We Know, which was released in 2014 on Oddsound Records. He showed me how vast music was.

For composition, I studied with Jan Jarczyk and Joe Sullivan, both great educators in their own way. Joe’s big band music is, in my opinion, some of the best big band music ever written, and now I even have the privilege to play in his band.

To me, learning jazz at school was good. I took advantage of the situation, I listened to a lot of teachers and I played with many peers and I think university is really an effervescent environment.

Q: How did you come to choose the musicians in your band? What do you appreciate most about them?

A: I chose musicians that I admire. I’ve been playing for many years with all of the guys from the rhythm section and in different contexts. We are all working musicians and we play together in different bands and do different gigs together and we are all very good friends. We know each other really well and we really enjoy playing together. The first record was in quartet but for the second one, I added a trombone, Jean-Nicolas Trottier. This addition really changes the sound of the band and this is what I wanted, a different sound. I love the sound of alto and trombone. I see it as a modern version of tenor and trumpet.

Q: Tell me about the material you’ll be playing. What are you going for with your compositions?

A: We’re going to play the material of the second record, the show and the tour is actually the Ontarian album launch of Demi-Nuit, which was released in Montreal in April this year. The music on this record is a balance between tradition and modern jazz. The rhythms are really more traditional and the harmony and the melodies are more actual sounding. I try to write especially for the musicians in the band. I wrote a three-movement suite called La Prophétie where every musician is featured and I spent time to create an environment for each of them to be featured at their best. I like to hide stuff to the listeners. Si et seulement si is a through-composed tune where it’s a very elaborate thing that is basically just a blues but disguised. I want the listeners to ask questions when they listen to the music.

Q: What hopes do you have for the album?

A: With this record, we already played at the Montreal Jazz Festival but we have a lot of shows coming up. We will play at the Montreal’s OFF Jazz festival and at the Quebec City Jazz Festival in October. Plus, we have seven shows in the Maisons de la culture in Montreal for the 2017-2018 season. We have a show coming up at the Ottawa National Arts Centre next march. We already have invitations to perform at the Saguenay’s jazz festival, the Toronto Jazz Festival and the Halifax Jazz Festival for next summer. So my goal with this record is to play it and to share and spread my music as far as I can.

The Benjamin Deschamps Quintet plays:
Sept. 29 at 8:30 p.m. at the Jazz Room in Waterloo. Tickets $18 ($10 under 30) here.
Sept. 30 at 7:30 p.m. at Record Runner Rehearsal Studio (159 Colonnade Rd. S., Unit 6) in Ottawa. Tickets $25 here.
Oct. 1 at the Emmet Ray in Toronto

PETER HUM, OTTAWA CITIZEN
More from Peter Hum, Ottawa Citizen

Annie Dominique “Rue Langevin” dans le Journal de Montréal

Femmes de cœur, femmes de jazz

Femmes de cœur, femmes de jazz

Annie Dominique

Comme bien d’autres musiciens, la saxophoniste ténor Anne Dominique travaille sur mille et un projets. De son quartette à certains grands orchestres, elle cultive le sens de l’écriture musicale. Avec une pochette toute fleurie, elle nous invite à la détente, Rue Langevin. ­Entourée d’une solide équipe, dont le joueur de trombone Jean-Nicholas Trottier et le pianiste Johanthan Cayer, la saxophoniste nous raconte des histoires, probablement au gré de ses promenades. Tel un jeune roman qui fleure bon le voyage, elle déploie habilement son style à travers 9 compostions personnelles.

http://www.journaldemontreal.com/2017/09/16/femmes-de-cur-femmes-de-jazz

Francois Jalbert & Jerome Beaulieu dans Baronmag.com

Jalbert Beaulieu, c’est en fait la fusion de l’univers du guitariste «caméléon» François Jalbert, capable de passer d’un style à un autre avec aisance et précision, et de celui du pianiste Jérôme Beaulieu, récompensé de nombreuses fois pour son talent. Ensemble, les deux musiciens aguerris accostent à la fois le jazz et le folk, la mélancolie et l’énigmatique, pour un résultat éthéré et poétique.

Amis depuis longtemps, Jalbert et Beaulieu ont décidé de se lancer dans une aventure de composition et d’enregistrement conjointe pour finalement faire naitre 11 pièces inédites. Leur album This Is A Real Place, à paraître le 22 septembre, sera célébré à Montréal au Verre Bouteille le 26 septembre, et à Québec au Maelstrøm Saint-Roch le 27 septembre.

En plus de parvenir à nous captiver avec leur musique, les deux comparses font preuve d’autant de passion et de lyrisme dans leurs mélodies que lorsqu’il s’agit de nourriture! On avait envie d’en savoir plus et on leur a fait répondre à notre traditionnel questionnaire bouffe. En attendant de découvrir leur nouvel album, ils vous prouvent que la musique et la nourriture sont définitivement complémentaires!

image1_resize

Stéphanie Simpson

Quelle est ta relation avec la nourriture?

François Jalbert: Polygame.

Jérôme Beaulieu: La passion totale! Ne pas avoir choisi la musique comme gagne-pain, j’aurais été chef cuisinier. J’y ai longtemps songé. C’est tellement proche du jazz à mon avis: après avoir appris les techniques de base, tu combines tout ça et tu te crées un langage et une signature bien à toi avec des trucs empruntés et des trucs inventés, langage que tu chercheras à parfaire toute ta vie sans jamais complètement y arriver. OK, j’me calme, il reste d’autres questions!

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique lorsque tu cuisines?

F.J. : En général, quelque chose que je n’ai jamais écouté avant. Je trouve que cuisiner, c’est un super moment pour faire de l’écoute active.

J.B. : Tout ce qui est nouveau dans ma librairie musicale et que j’ai le goût de découvrir! Dernièrement c’est les deux albums précédents de Fred Fortin que je n’avais pas encore écoutés d’un bout à l’autre avec attention (Plastrer la Lune et Planter le Décor) et l’album Bones de Son Lux.

Quelle est la première recette que tu as appris à faire? Peux-tu nous l’expliquer?

F.J.: Bonne question! Je ne m’en souviens pas vraiment… Ça devait être quelque chose de simple comme des pâtes ou un grilled-cheese!

J.B.: Ma mère m’a assis d’innombrables fois sur le comptoir à côté d’elle pour faire à manger quand j’étais tout petit, donc c’est impossible pour moi de me rappeler où ça a vraiment commencé tout ça… J’me rappelle distinctement d’un moment où j’ai décidé de prendre le contrôle d’un repas par contre, c’était au retour d’un voyage en Caroline du Nord; les chefs de l’hôtel où on restait nous avaient fait visiter la cuisine et donné des chapeaux de chef, donc en revenant j’avais mis mon chapeau et j’avais fait une assiette de pâtes pour toute la famille que j’avais décorée avec des fines herbes du jardin. Mon souvenir s’arrête là, y’a une photo quelque part dans un album qui pourrait nous en dire plus j’pense!

Quels sont les aliments dont tu ne pourrais jamais te passer et pourquoi ?

F.J.: De l’huile d’olive, des épices, de la sauce piquante, des pâtes. Ça fitteavec à peu près tout ce qui traînera dans ton frigo!

J.B.: Viande et sauce piquante! Je suis carnivore à fond… mais j’essaie d’acheter des trucs plus orientés vers l’élevage local et responsable pour des raisons éthiques et de santé.

As-tu des demandes spéciales aux promoteurs de spectacles lorsque tu es en tournée?

F.J.: Du local si possible! C’est vraiment le fun de voyager et de goûter les produits locaux!

J.B.: Des trucs locaux idéalement! On accorde de plus en plus d’attention à la production locale au Québec (les bières de micros en sont un exemple) et ça fait plaisir de découvrir les spécialités de la région!

Qu’est-ce que tu manges avant de monter sur scène?

F. J.: C’est plate à dire, mais ce qui traîne dans la loge en général…

J.B.: Ce qu’il y a à portée de main, pour le meilleur ou pour le pire! Si j’peux m’asseoir et manger tranquille, c’est l’idéal, mais ce n’est pas toujours possible.

Quel est le pire repas que tu aies mangé en tournée?

F. J.: Un suprême de poulet bien sec accompagné de rosbeef semelle de botte resservi trois jours de suite dans le même motel avec des sauces kraft différentes pour nous faire croire que ce n’était pas la même chose. Pas de légumes. Pas de fruits.

J.B.: Servi un gros 5 minutes avant de monter sur scène, question de bien digérer, une déclinaison des mêmes produits servis soit dans un sandwich ou sur un nacho composait le menu de cette salle dont je tairai le nom. On avait droit à de la viande cheap (genre Hamburger Helper) et des sauces de type “en sachet”.

Qu’est-ce que tu aimes mettre comme musique pour faire l’ambiance?

F. J.: Ces temps-ci, ça ressemblerait à ça: Relaxin’ with the Miles Davis QuintetSoul Station de Hank Mobley, du Billie Holiday ou Andy Shauf.

J.B.: Pendant le repas, j’y vais généralement avec quelque chose de plus tranquille, genre Gonzales en piano solo ou encore Chet Baker.

Si je t’invite à souper, qu’est-ce que je devrais cuisiner pour t’impressionner?

F. J.: J’aime n’importe quoi… tant que c’est fait avec amour!

J. B.: Rien de compliqué, juste avec des bonnes techniques de base et des bons ingrédients frais! De toute manière, quand la personne qui cuisine aime bien manger elle peut faire n’importe quoi et ce sera bon.

 

https://www.baronmag.com/2017/09/jalbert-beaulieu/