Francois Jalbert et Jérôme Beaulieu, “This is a real place” dans ICI Musique

 On connaît déjà le pianiste jazz Jérôme Beaulieu pour son travail au sein de son trio homonyme (Révélation Radio-Canada en 2013-2014). Le guitariste François Jalbert, lui, est doublement lauréat du Grand Prix de guitare de Montréal (en 2006 et en 2008), en plus de donner son nom à un quatuor dans lequel se trouve — il n’y a pas de hasard — Jérôme Beaulieu. Les deux musiciens se connaissant donc depuis quelques années, ce n’était, de ce fait, qu’une question de temps, ou de volonté, avant de les voir lancer un album en duo.

This Is a Real Place est donc le fruit de leur première collaboration en tant que couple musical. D’un côté, nous entendons le piano parfois subtilement americana, parfois aérien, de Beaulieu. De l’autre, Jalbert nous offre des incursions guitaristiques qui frayent avec le manouche qu’il affectionne tant, mais aussi avec le bluegrass, donnant finalement des touches qui évoquent à la fois les musiques aux racines nord-américaines et celles plus modernes. Remarquez que cela ne les empêche pas de s’amuser à revisiter une des Danses norvégiennes, d’Edvard Grieg, seule pièce non originale de cet album, qui se termine le pied léger par une visite dans un Snack bar aux airs de saloon. 

Conçues, pensées et réalisées dans la simplicité (sans effets de studio et probablement sans surimpressions d’instruments), les musiques de cet album viennent tranquillement se nicher dans notre oreille, paresseusement, s’offrant à nous sans maquillage ou crémage. Et c’est pour le mieux, parce qu’elles n’ont pas besoin de sucre ajouté; les ingrédients sont d’assez bonne qualité pour qu’on ait envie, pour paraphraser certaines émissions de cuisine, de respecter le produit.

Il n’y a pas à dire, cet endroit réel est bien agréable à visiter!

Par 

François Lemay

22 sept. 2017

http://www.icimusique.ca/albumsenecoute/510/jalbert-beaulieu-duo-probable

 

Charles Trudel “Fruit” dans l’Écho Abitibien le Citoyen

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Fruit était mûr pour le pianiste jazz Charles Trudel, qui vient de lancer son premier album à 30 ans, le 8 septembre.

Le «Fruit» est mûr pour le pianiste Charles Trudel

“C’est mon premier album sous mon nom, en tant que leader. Le jeu instrumental de chacun des musiciens est mis de l’avant, mais ce sont mes compositions, mon projet… toute ma musique originale”, raconte celui qui a participé à de nombreux albums comme musicien.

Composé et enregistré dans le cadre de sa maîtrise en Interprétation Jazz à l’Université McGill, en mars 2016, cet album aurait pu ne jamais voir le jour. «C’est mon projet de maîtrise et je l’avais un peu mis de côté. C’est en le réécoutant que j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose à faire avec cet enregistrement. J’ai décidé de le pousser», confie Charles Trudel, qui pourra dorénavant utiliser son album comme carte de visite.

Vision moderne du jazz traditionnel

Intitulé Fruit (MCM, 2017), ce premier album regroupe donc dix compositions de l’Amossois d’origine. «Je ne peux renier mes influences old school jazz de la fin des années 50 et début des années 60. Mais les arrangements sont plus modernes. On est surtout en sextette sur l’album, avec un noyau de musiciens solides avec lesquels je joue souvent», fait-il valoir.

L’album a donc été enregistré l’an dernier dans le cadre de sa maîtrise, mais il a depuis été peaufiné, avec un mix et un mastering. Toutefois, le pianiste a voulu conserver l’interprétation la plus intacte possible.

«C’est enregistré dans un contexte de maîtrise, alors on n’a pas répété des tonnes de fois. Je pense qu’on a fait une répétition et demie avant d’entrer en studio. Les pièces sont fraîches pour tout le monde. On a joué les pièces deux fois chacune et j’ai conservé la meilleure take. Ce n’est donc pas surjoué. On fait des fautes, on s’écoute plus et ça fait très jazz, je trouve», estime celui qui accorde beaucoup d’importance à la part d’imperfections et d’improvisations dans l’interprétation.

-Pierre Corvaisier

http://www.lechoabitibien.ca/culture/2017/9/19/le–fruit–est-mur-pour-le-pianiste-charles-trudel.html