Rachel Therrien : suivre son instinct dans CAMUZ

“À travers une entrevue-discussion qui se décline sous la forme d’un portrait, je passe le crachoir à celles qui l’ont rarement : les musiciennes professionnelles. Une humble façon de leur rendre hommage, une à la fois. Nul besoin de se mettre au diapason et encore moins de mettre de bémol, mais hors de question de jouer du pipeau ! Rock, pop, jazz ou classique, metal, électronique, électro-acoustique ou ambiant, tout style confondu, c’est la musicienne qui m’intéresse. Elle, son parcours, ses expériences, ses anecdotes, mais surtout son ressenti et ses opinions. Car le chemin professionnel n’est pas toujours réglé comme du papier à musique, et car il y a autant de voix/voies qu’il y a de femmes. Alors, sans tambour ni trompette, en avant la musicienne !”

Lire l’article au complet ici